Les organisations de gestion collective parlent égalité des sexes et s’engagent sur un plan d’action à l’Assemblée Générale de la CISAC

Summary
Le débat d’experts sur le thème Women@CISAC cherche des solutions pour remédier aux inégalités dans les industries créatives et culturelles
20180601 General Assembly IMG_0938
Le débat d’experts sur le thème Women@CISAC a braqué les projecteurs sur l’égalité hommes-femmes et l’égalité de revenus lors de l’Assemblée Générale de la CISAC de Varsovie. Photo © : CISAC

10 % seulement des 100 créateurs les mieux rémunérés au monde sont des femmes. 12 des 13 plus grands musées américains en termes de budget sont dirigés par des hommes. À la télévision britannique, les réalisatrices de fictions dramatiques n’ont obtenu que 14 % des épisodes. Et seulement 9 % des programmes pour enfants.

Gagner sa vie en tant que créateur peut s’avérer compliqué, d’autant plus quand on est une femme. Les femmes se heurtent à de nombreux obstacles, non seulement pour démarrer dans le métier, mais aussi pour évoluer vers des fonctions à responsabilités, comme le montrent les chiffres ci-dessus. Promouvoir l’égalité hommes-femmes en vue d’offrir à toutes et tous les mêmes opportunités est une priorité pour la CISAC, qui y a consacré un débat intitulé Women@CISAC lors de son Assemblée Générale de Varsovie le 1erjuin dernier.

Angélique Kidjo, auteur-interprète et Vice-Présidente de la CISAC, a introduit ce débat par un bref message vidéo. Elle a attiré l’attention sur sa propre expérience : ayant dû « manœuvrer dans un monde d’homme », son succès lui a toutefois permis de se faire la porte-parole des femmes partout dans le monde. Selon elle, « il s’agit d’une question de dignité, d’égalité et d’équité ».

Animé par Janet Hicks, Vice-Présidente d’ARS, ce débat a réuni des figures emblématiques des industries créatives et culturelles, à savoir Irène Vieira, Directrice Générale du  BURIDA et Présidente du Comité Africain de la CISAC, Delyth Thomas, réalisatrice membre de Directors UK, Alex Shapiro, compositeur membre du CA d’ASCAP, Brett COTTLE, Directeur Général d’APRA AMCOS et Vice-Président du Conseil d’administration de la CISAC et Pauwke Berkers de l’Université de Rotterdam.

Différentes études ont exploré la question de l’égalité des sexes, notamment les inégalités observées dans le secteur musical aux Pays-Bas dans le cadre d’une étude commandée par BUMA STEMRA à l’Université de Rotterdam (accédez à l’étude ici). Le Dr Pauwke Berkers a présenté la méthodologie, les résultats et les conclusions de cette étude selon laquelle :

  • les femmes estiment qu’elles sont prises moins au sérieux ;
  • les femmes ont davantage de difficultés à faire valoir leurs compétences ;
  • elles n’ont que peu d’opportunités d’entrer en contact avec d’autres femmes actives dans leur domaine ;
  • les inégalités salariales sont une réalité ;
  • les stéréotypes et le rôle social lié au genre restent profondément ancrés dans les mentalités.

Une exploration détaillée du secteur télévisuel britannique publiée par Directors UK pour la période 2014-2015 a mis en évidence une importante disparité entre la perception et la réalité des femmes derrière la caméra. Le passage en revue de milliers d’épisodes de la télévision britannique a clairement montré que les femmes réalisatrices sont nettement sous-représentées. Les femmes réalisatrices ont participé à 14 % des fictions dramatiques, 4 % des œuvres de science-fiction, 9 % des fictions policières et 15 % des épisodes de « soap operas ». Directors UK travaille actuellement sur un second rapport à paraître en juillet, qui mettra l’accent sur les améliorations observées ou non dans ces différentes catégories. Delyth Thomas a suggéré de motiver le changement par des mesures d’incitation : « Les pays qui prévoient des allègements fiscaux devraient les conditionner à la personne engagée derrière la caméra. » Ce ne sont pas tellement les femmes qui doivent changer mais l’industrie elle-même. Les femmes n’ont pas besoin d’être mieux formées, a-t-elle souligné, elles ont besoin d’être engagées. 

20180601 General Assembly IMG_0940
Brett Cottle, Directeur Général d’APRA AMCOS et Vice-Président du Conseil d’administration de la CISAC, a fait réaliser des audits détaillés pour garantir l’égalité salariale dans sa société.

En Australie, Brett Cottle a joué un rôle de pionnier dans la réduction des inégalités entre les sexes et des inégalités salariales après plusieurs dizaines d’années à la tête d’APRA AMCOS. Il a fait réaliser des audits détaillés pour examiner les salaires des femmes et des hommes et identifier les différences et a établi une série de principes directeurs pour créer une égalité des opportunités. La société met également un point d’honneur à « cesser de défendre l’idée qu’il s’agit d’un problème structurel historique » et à augmenter les opportunités offertes aux femmes. 

En Amérique du Nord, Alex Shapiro a attiré l'attention à ce sujet ainsi que le changement apporté par l'année de #MeToo. La puissance et l'immédiateté des médias sociaux jouent un rôle majeur dans le maintien des questions d'équité dans la conscience publique. Sensibiliser tout le monde, des chefs de sociétés aux chefs d'orchestre, contribue à l'intégration dans le monde de la musique.

20180601 General Assembly IMG_0944
Alex Shapiro, compositeur et membre du CA d’ASCAP, explique comment sa société augmente le nombre de femmes aux postes à responsabilité. 

En Afrique, les créatrices sont confrontées à des difficultés d’accès à l’éducation et à un manque d’investissements. Ces obstacles supplémentaires empêchent beaucoup d’entre elles de faire carrière. Les lacunes des possibilités de formation en marketing, en gestion et pour acquérir d’autres compétences empêchent de nombreuses femmes de se lancer ou de mieux gagner leur vie en tant que créatrices. Néanmoins, le Kenya affiche un certain succès dans ce domaine et de plus en plus d’œuvres de créatrices africaines se font connaître dans le monde, a souligné Irène Vieria. Elle estime que les femmes doivent être encouragées à partager leurs expériences, leurs réseaux et leurs initiatives pour renforcer leur représentation sur le continent.

La situation en Afrique a ensuite été dépeinte par les créatrices africaines elles-mêmes dans une vidéo diffusée devant l’assemblée.

Pour conclure le débat, Janet Hicks a présenté le plan d’action de la CISAC. Ce plan en 5 points sur l’égalité hommes-femmes dans ses sociétés membres prévoit notamment :

  1. la création d’un comité de travail qui rendra compte à l’Assemblée Générale en 2019 ; 
  2. la compilation des chiffres et analyses disponibles auprès des sociétés membres de la CISAC à travers le monde ; 
  3. la réalisation d’une étude afin de mieux cerner les enjeux – notamment les problèmes propres aux différentes régions, répertoires et professions ; 
  4. le partage des meilleures pratiques s’inspirant des initiatives les plus concluantes ; 
  5. la rédaction et la promotion de lignes directrices pour une plus grande égalité des sexes dans la communauté des membres de la CISAC.