Réuni à Tokyo, W&DW entend améliorer les revenus des auteurs, scénaristes et réalisateurs d’Asie-Pacifique avec un protocole d’accord et une alliance régionale

WDW-ExCo-Tokyo-2019-05-IMG_0547

La région Asie-Pacifique possède de belles perspectives de croissance pour les créateurs et les industries culturelles, surtout pour les scénaristes et réalisateurs. Selon le Rapport sur les collectes mondiales 2018 de la CISAC, l’Australie collecte des sommes significatives auprès des radiodiffuseurs et télédiffuseurs pour le répertoire audiovisuel. Quant au reste de la région, il pourrait faire beaucoup mieux, à condition d’améliorer la législation et de créer de nouvelles sociétés.

Writers & Directors Worldwide (W&DW) et ses alliances régionales, l’ADAL et l’APASER, se sont déplacés à Tokyo les 27 et 28 mai dernier pour la réunion du Comité Exécutif de W&DW et pour discuter en direct avec les guildes de créateurs de la région. Ces différentes réunions ont été organisées juste avant l’Assemblée Générale de la CISAC, qui rassemble une fois par an les organisations de gestion collective des quatre coins du globe.

Après l’ouverture de la réunion par Sai Yoichi, Président de la Directors Guild of Japan (DGJ), différentes guildes d’auteurs de la région ont rencontré le Comité Exécutif pour passer en revue les difficultés auxquelles les créateurs sont confrontés dans leurs territoires respectifs. Outre la DGJ, la Writers Guild of Japan, l’Australian Directors Guild, l’Australian Screen Directors Authorship Collecting Society, l’Australian Writers’ Guild Authorship Collecting Society, la Directors and Editors Guild of New Zealand et la Directors Guild of Korea étaient également représentées.

Le 28 mai, W&DW a annoncé la création de l’Alliance of Asia-Pacific Audiovisual Writers and Directors (AAPA), l’alliance régionale qui vise à défendre de manière indépendante et impartiale les créateurs audiovisuels d’Asie-Pacifique. Elle s’efforcera de renforcer la protection du droit d’auteur et de promouvoir les intérêts des créateurs de la région. L’AAPA rejoint ainsi l’APASER pour l’Afrique et l’ADAL pour l’Amérique latine au nombre des alliances régionales de W&DW.

IMG_20190527_143559
En se réunissant à Tokyo, W&DW a pu mieux cerner comment améliorer la situation des créateurs d’Asie-Pacifique.

Par ailleurs, le Conseil, en la personne d’Yves Nilly, a signé un protocole d’accord avec la Directors Guild of Korea (DGK), représentée par son Président, Min Kyu-dong. Les deux organisations ont convenu de renforcer leur coopération pour mieux protéger le droit d’auteur en Corée, d’inviter les membres de la DGK aux activités de W&DW et de travailler ensemble à développer l’AAPA.

Enfin, W&DW a adopté trois résolutions de soutien aux créateurs de Nouvelle-Zélande, du Japon et de Corée. W&DW a enjoint la Nouvelle-Zélande d’accorder des droits patrimoniaux aux auteurs audiovisuels à l’heure où elle révise sa loi sur le droit d’auteur. En effet, ce pays ne leur reconnaît actuellement que des droits moraux. W&DW a également adopté une résolution pour inciter le Japon à moderniser sa loi sur le droit d’auteur afin de reconnaître aux réalisateurs le statut d’auteurs et leur assurer un droit à une rémunération équitable et inaliénable pour l’utilisation de leurs œuvres, dont la gestion sera confiée aux organisations de gestion collective.

Pour finir, la dernière résolution appelle le Gouvernement et l’Assemblée Nationale de la République de Corée à actualiser la loi nationale sur le droit d’auteur afin de reconnaître aux réalisateurs et scénaristes le statut d’auteurs des œuvres audiovisuelles. Elle réclame également un droit inaliénable à une rémunération équitable pour l’utilisation de leurs œuvres et sa gestion par les organisations de gestion collective.