Le Congrès annuel du CIAGP, la Maison Ousmane Sow et la Biennale Dak’Art attirent le monde des arts visuels au Sénégal

Summary
Ouverture du nouveau musée consacré aux œuvres de feu Ousmane Sow, célèbre sculpteur sénégalais et ancien Vice-Président de la CISAC
20180501 CIAGP DSC_1563 c Amara Cissé
Le Ministre sénégalais de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, aux côtés des représentants du CIAGP et de la CISAC lors du Congrès annuel du Conseil des créateurs des arts visuels. 

Le Sénégal a toujours défendu les artistes visuels, en particulier auprès du Comité permanent du droit d’auteur et des droits connexes (SCCR) de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle(OMPI). L’introduction d’un traité international sur le droit de suite, soutenue par la CISACEuropean Visual Artists (EVA) et le Conseil International des Créateurs des Arts Graphiques, Plastiques et Photographiques(CIAGP), est au cœur des débats du SCCR. Le droit de suite permet aux créateurs de percevoir un petit pourcentage du prix de vente lorsque leurs œuvres sont revendues dans une galerie d’art ou une salle de vente.

En reconnaissance des efforts déployés par le Sénégal et afin d’honorer la mémoire de l’ancien Vice-Président de la CISAC, Ousmane Sow, la ville de Dakar a accueilli le Congrès annuel du CIAGP les 1eret 2 mai 2018. Rassemblant 40 participants de 23 sociétés, le Congrès a réuni des représentants de chaque continent avant la tenue d’un symposium, le lancement de la Biennale Dak’Art et l’ouverture de la Maison Ousmane Sow, musée consacré au célèbre artiste sénégalais. Le Congrès a été organisé grâce au soutien du premier Conseiller technique du Ministre de la Culture, Abdul Aziz Dieng, et du Directeur Général de la société hôte SODAV, Aly Bathily.

En ouverture du Congrès, le Ministre sénégalais de la Culture, Abdou Latif Coulibaly,  a souhaité la bienvenue aux participants en déclarant : « J’aimerais partager un rêve avec vous : que le Sénégal devienne un leader et un exemple pour la protection des droits des créateurs en Afrique ». 

Le Président du CIAGP, Joel Shapiro, a présidé son premier Congrès, reconnaissant le fort dynamisme du marché de l’art tout en soulignant que les créateurs restent encore très « détachés » du succès commercial de leurs œuvres. La reprographie constitue une source majeure de revenus tandis que le droit de suite a encore une bonne marge de progression devant lui. M. Shapiro a souligné que les États-Unis (à l’exception de la Californie) et la Chine, parmi plus de cent autres pays, ne reconnaissent pas le droit de suite. Il a appelé à l’introduction d’un traité international dans ce domaine. 

20180501 CIAGP Meeting c CISAC
Le CIAGP a accueilli 40 participants de 23 sociétés pour son Congrès annuel organisé à Dakar par la SODAV.

Le Directeur Général de la CISAC, Gadi Oron, a souligné les efforts consentis par des pays très influents dans le débat, comme le Japon et l’Argentine. Au Japon, M. Shapiro a rencontré un ministre du gouvernement et un responsable des droits d’auteur en avril. En Argentine, la CISAC a soutenu les efforts déployés par la SAVA dans le domaine du droit de suite après l’introduction et l’approbation d’un projet de loi par le Sénat argentin. Par ailleurs, la CISAC fait aujourd’hui autorité en matière de données sur le droit de suite via la publication annuelle de son Rapport sur les collectes mondiales.   

Le Rapporteur général du CIAGP et le Directeur Général de la VEGAP, Javier Gutierrez Vicén, ont animé une table ronde sur la copie privée, la reprographie et la gestion collective des droits. La copie privée est l’un des moyens les plus efficaces pour permettre aux artistes d’obtenir une rémunération équitable en contrepartie de l’exploitation de leurs œuvres. 

Le Congrès a été également informé des évolutions dans chaque région du monde, des avancées de la campagne pour le droit de suite et des progrès réalisés par les groupes de travail sur le projet AIR et la répartition des droits. L’outil AIR, un système d’identification des arts visuels, sera opérationnel en 2019 et de nouvelles sociétés gérant les droits en ligne devraient être sollicitées en septembre prochain pour son lancement.  

Selon Joel Shapiro, la Biennale Dak’Art,qui s’est ouverte le 3 mai, est la « parfaite illustration que l’art ne connaît pas de frontières et que les artistes africains obtiennent enfin la reconnaissance qu’ils méritent ». C’est la première fois que la propriété intellectuelle est inscrite au programme de la Biennale. Le Directeur Général de la CISAC, Gadi Oron, a apporté son soutien au Sénégal afin que la Biennale devienne un lieu de rencontre majeur pour débattre des politiques des industries créatives en Afrique. Lors de la cérémonie d’ouverture, le Président du Sénégal, Macky Sall, a remercié le CIAGP d’avoir choisi Dakar pour l’organisation de son Congrès 2018. 

Le 4 mai, le Ministre sénégalais de la Culture a organisé un symposium intitulé « De la nécessité de refondation des politiques culturelles », au cours duquel Javier Gutierrez Vicén et Marie-Anne Ferry Fall ont abordé la question de la copie privée. Ce symposium a permis à de nombreux Ministres africains de la Culture, décideurs politiques, universitaires et experts d’en apprendre davantage sur la copie privée et de trouver de nouveaux moyens de financer les activités culturelles et créatives. Les participants se sont également penchés sur deux autres questions : comment stimuler l’art contemporain africain et comment repenser les politiques culturelles africaines. 

20180504 CIAGP Colloquium c CISAC
Le symposium « De la nécessité de refondation des politiques culturelles » aborde les politiques du secteur créatif et la question du droit de suite.

À la suite du Congrès, la Maison Ousmane Sow a ouvert ses portes pour accueillir les délégations de la CISAC et du CIAGP. Ce nouveau musée est consacré au célèbre sculpteur et ancien Vice-Président de la CISAC décédé en 2016. Ousmane Sow était un ardent défenseur du droit de suite et avait notamment souligné son importance auprès des États membres de l’OMPI à Genève. Gadi Oron a rappelé l’intervention d’Ousmane Sow lors de sa visite à l’OMPI. Ousmane avait refusé de dresser une liste des points à examiner, préférant déclarer : « Je ne lirai pas ces notes, je ne sais pas comment je vais m’y prendre mais je vais vous parler avec mon cœur ».  

20180501 CIAGP Maison Ousmane Sow c CISAC
Le Directeur Général de la CISAC, Gadi Oron, et le Président du CIAGP, Joel Shapiro, lors d’une ouverture exclusive de la Maison Ousmane Sow.

Juste après le Congrès, la Vice-directrice générale de l’OMPI, Sylvie Forbin, et la Conseillère juridique principale à l’OMPI, Carole Croella, se sont rencontrées pour aborder la question du droit de suite et ont donné des conseils sur la poursuite de la campagne au sein de l’OMPI. 

À l’invitation de la société VG Bild-Kunst, le prochain Congrès annuel du CIAGP aura lieu à Berlin les 1eret 2 octobre 2019.