La CISAC fait campagne pour que l'Argentine adopte le droit de suite au profit des artistes visuels

20171123 Argentina IMG_0778
Les artistes visuels attirent l'attention du Congrès national argentin/de la Nation argentine sur l'importance du droit de suite. Photo © : CISAC

Le 23 novembre, la CISAC était en Argentine pour contribuer à promouvoir le droit de suite à l'occasion d'une performance artistique organisée par société locale SAVA pour inciter le Gouvernement à soutenir un projet de loi déjà approuvé par le Sénat.

Ces efforts concertés visent à soutenir le projet de loi actuellement examiné par le Congrès national argentin/de la Nation argentine. Si la Chambre des Députés n'approuve pas ce projet de loi, pas même légèrement modifiée, avant fin 2017, il sera renvoyé à la case départ après déjà deux ans de travail. 

Les artistes se sont réunis devant le Congrès pour une performance artistique et la table ronde organisée à la Fundacion Pablo Cassara a attiré les artistes visuels et leurs héritiers, les médias et la Sénatrice et Directrice de l'Observatoire des droits de l'homme du Sénat Norma Morandini.

Aux côtés de Norma Morandini et de Silvina Munich, Directrice Répertoires et Relations avec les créateurs de la CISAC, ce panel rassemblait Daniel Santoro, célèbre artiste visuel, Jorge Curatella, héritier de Pablo Curatella Manes, et Roberto Rey, artiste visuel.

L'artiste visuel français et ancien Président du CIAGP Hervé Di Rosa et le Vice-Président de la CISAC Miquel Barceló font partie des artistes visuels d'envergure internationale qui soutiennent activement l'instauration du droit de suite en Argentine.

Le droit de suite permet aux artistes visuels de toucher un pourcentage du prix de vente lorsque leurs œuvres sont revendues dans les salles de vente et les galeries. À ce jour, il est appliqué dans plus de 80 pays, mais beaucoup d'artistes sont lésés dans les pays qui n'ont pas adopté ce droit dans leur législation nationale comme les États-Unis, la Chine, la Suisse, le Japon et l'Argentine.

Pour plus d'informations (en espagnol), visionnez cette interview de Silvina Munich et Norma Morandini avec l'agence de presse Telam :